Bonjour à tous !

J'espère que vous allez bien !
En attendant de recevoir mes photos du laboratoire, qui me permettront de démarrer l'atelier de Nessa, et de faire un atelier qui promet d'être extra ce samedi avec Gaëlle Fauglas, je mix-mediate !

J'ai acheté dernièrement de la modeling paste et un couteau, et j'avais donc hâte de l'essayer !
Mais c'est quoi donc la modeling paste ? C'est une sorte de mortier qui sèche plus ou moins vite selon les marques, et qui permet de créer du volume sur vos créations (attention, c'est pas non plus fait pour de la sculpture !! ça reste un produit assez liquide).

P3050004

image : le violoniste, de Chagall

Pour cette réa, j'ai utilisé la modeling paste de deux manières différentes :

1/ en haut à droite : avec un mask
J'adore le rendu ! l'épaisseur est légère, juste ce qu'il faut pour mettre en valeur le motif !

2/ en bas à gauche : avec des chipboards
J'ai suivi le tuto de Dina Wakley dans le magazine Entre Artistes (n°9).

Par contre, n'ayant pas de peinture à l'eau comme Dina, j'ai travaillé la couleur avec des encres en spray (Glimmer Mist) et des peintures acryliques, diluée ou pas, ainsi que des aquarelles.

Quelques conseils :
- être patient pour le séchage de la modeling paste !! encore pour la coloration c'est pas très grave, mais pour travailler éventuellement au stylo Posca, c'est la galère quand ce n'est pas bien sec !
-avoir du sopalin sous la main (ou un chiffon) : les encres et aquarelles ne sèchent pas toujours vite, voire pas du tout ! Il faut donc parfois éponger les gouttes. Intéressant aussi pour mélanger les couleurs.
- vous pouvez vous amuser à sécher très fort au heat gun la pâte, elle fera, comme le gesso, des bulles intéressantes comme dans le cadre rectangle sur ma réa.

Autres matières utilisées sur ma réa : pastels à l'huile, page de vieux livre, papier journal, perfos, tampons, encre stazon (la seule qui adhère sur tous supprts !), scotch de masquage, épingle à nourrice, papier scrap, Posca noir et blanc.

 

J'espère vous retrouver très vite !
A bientôt,

Laure