(je reprends un peu mon ABCdaire laissé un peu de côté ces derniers temps...)

J'ai grandi dans un petit village landais, non non pas celui que vous croyez au bord de l'eau, ou au milieu des pinèdes ensablées ! non, l'autre, celui plutôt côté Gers, en pleine campagne sans touristes, quoiqu'au bord d'une nationale (en réalité une départementale) menant tout droit vers les Pyrénées (ou vers Bordeaux, selon où on regarde).
17 ans et demi passés là-bas à temps presque plein. Une grande maison avec un grand jardin. Des chiens, chats, canards... on a même eu un canari, une taupe (si si !!), une tortue, un lapin (ou était-ce un lièvre ?!)... Papa, Maman, et Claire, ma soeur cadette.
Du soleil, des pins (un peu quand même !), des petits chemins dans la forêt, quelques vignes armagnacaises...
Je suis amoureuse de mes Landes. Même si je n'ai pas grandi au bord de l'océan, nous y étions en 1h30. Pareil pour la montagne. La boulangerie et la poste sont à 4 km, le supermarché, la banque, à 10, de même que le ciné ou la piscine. Qu'importe ! Je n'ai pas traîné en ville, ado, comme ces jeunes, voire ces enfants,  que je vois sous mes fenêtres ici le soir jusqu'à pas d'heure. Je n'allais pas faire les magasins toutes les 5 minutes. Le camion des surgelés passait (et passe toujours) parce que quand on vit là-bas, le congélateur est de de vos meilleurs amis. Le camion des magasins bleus passait aussi (pour les vêtements).
On dit bonjour quand quelqu'un passe devant chez nous. Mes parents n'ont ni cloture ni portail ! C'ets une vie ouverte sur les autres. On connaît les vieux du village. On s'entraide en cas de catastrophe. Quand on n'avait plus d'électricité, il y avait toujours un voisin chez qui on pouvait prendre une douche chaude ou stocker nos provisions. Ici, ce n'est certainement pas à mes voisins que je m'adresserais...

J'en suis partie, j'y reviens... j'y ai toujours mes repères. Je me sens chez moi. Quand je m'y promène, je revois les histoires que je me racontais sous tel arbre, la cabane que j'ai rêvé d'avoir dans tel bois, la maison de mes rêves que je voulais dans ce pré-là...
Je suppose que chacun a son chez-lui, où les souvenirs d'enfance releurissent à chaque escale ?...

Les Landes... tranquilles, festayres, balnéaires, agricoles. Mon coin de paradis. Chez moi sera toujours là-bas.

P3110095P3110098
P3110104P3110137

(photos prises en hiver, si ça vous fait pas envie je comprendrai !!)